Le référencement ou S.E.O (partie3)

Qu’est-ce que le Google Juice et comment l’optimiser ?

 

Le google Juice

Le Google Guice (prononcé comme l’anglais juice), est ce qu’on appelle un « framework d’injection de dépendance » distribué par Google sous la licence open source Apache. Concrètement, il correspond au « jus de liens » (link juice) que Google fait couler sur la page d’accueil d’un site et qui doit être transmis aux autres pages. Il déterminera le PageRank site.La pire erreur à faire avec le Google Juice est d’avoir une page d’erreur 404, autrement dit un lien mort qui coupera directement le google juice…

 

Pour garantir une bonne transmission du Google Guice au sein d’un site web, il faut faire en sorte que chaque page web soit ciblée par un lien interne (menus, liens interpages etc.)

Redirections, pages d’erreur et URL-rewriting

Comme nous venons de le voir, le fait d’avoir des pages d’erreurs 404, autrement dit des liens morts sur votre site, est en quelque sorte une des pires erreurs à faire.

 

Pour éviter cela, il faudra donc faire des redirections à chaque fois que nous souhaitons modifier le chemin une page, la déplacer ou la supprimer. Le but étant de rediriger le google guice vers une autre ressources du site. Les redirections se font via le fichier .htaccess qui sera placé la racine de votre site. Pour en savoir plus, sur le .htaccess et les redirections.

 

De plus, pour parer aux 404 qui pourraient passer au travers, il sera également préférable de créer des pages 404 personnalisées, pour épargner la page 404 du moteur de recherche à nos internautes d’une part et pour y mettre du contenus textuels et un design basé sur le site d’autre part. Cela sera utiles aux moteurs et aux internautes.Enfin, pour certains sites dynamiques qui génèrent automatiquement des pages avec des URL incompréhensibles pour l’internaute, on mettra en place un système d’URL-rewriting qui permettra de ré-écrire les urls des pages et de les rendre plus explicites. Cela est indipensable pour mettre en place une bonne stratégie de SEO.

Mots-clés, longue traîne et sémantique

Choisir de bons mots-clés est capital. Pour bien les choisir nous pouvons utiliser l’outil Google Trends, y taper un mots-clés et consulter sa densité de recherche selon la zone géographique souhaitée. Cela nous permet de constater directement quels sont les mots-clés les plus recherchés en fonction de notre domaine d’activité. Une fois les mots-clés trouver, il ne s’agit pas de faire des accumulation de mots-clés dans notre contenu, mais des les intégrer de la façon la plus naturelle qu’il soit aux pages de notre site.

 

Il s’agit ensuite d’effectuer un suivi régulier des mots-clés utilisés avec Google Analytics pour analyser les succès de ces derniers.Le terme de « longue traîne » (de l’anglais Long Tail) désigne les mots clés qui attirent chacun peu de visiteurs sur un site Internet, mais dont le cumul peut représenter une part non négligeable du trafic total d’un site. Par conséquent plus l’expression utilisée par l’internaute est longue, plus elle a de chances de faire partie de la longue traîne. Les expressions courtes composées de 1 à 3 mots en sont généralement exclues.

 

D’un point de vue pratique, il s’agit de produire beaucoup de contenus pour que la longue traîne s’enchaîne.L’idée du « web sémantique » ou Web 0.3 est de permettre la mise en place de nouvelles balises HTML (notamment en HTML5) qui permettent aux de ne pas simplement créer de nouvelles informations textuelles sur le web mais de générer des données qui ont du sens pour les machines.

 

La sémantique étant l’avenir du web (voir schema.org) nous pouvons donc d’ores et déjà l’utiliser pour prendre de bonnes habitudes et anticiper l’utilisation généralisée de ce balisage de contenus grâce aux micros-données (ou micro-formats) comme le nom ; l’adresse, l’eamil, mais aussi le fil d’ariane, le système de notation etc.

Netlinking et blacklistage

Si le référencement « in page » vous sert à créer un site de qualité, se focaliser sur son propre site ne suffit pas à garantir un bon référencement. En effet, il faut aussi faire en sorte que les autres créent des liens vers votre site. Les backlinks sont des liens entrants vers votre site ; ils ont une importance capitale pour le ranking.

 

On appelle « netlinking », le fait d’inciter les autres webmaster à créer des liens vers votre notre site. Cette démarche est incontournable.Les annuaires sont des sites référençant d’autres sites (comme DMOZ, annuaire ouvert maintenu bénévolement, crée sous licence Open Directory en 1998), mais qui ne sont pas nécessairement une alternative aux moteurs de recherche. Ils sont par contre une bonne source de backlinks.L’objectif est de s’inscrire exclusivement sur les annuaires ayant un fort PageRank et qui créent des liens directement. Il faut à tout prix éviter les sites proposant de s’inscrire sur une multitude d’annuaires en un clic, qui sont souvent ce qu’on appelle des « fermes de liens », sources de blacklistage par Google.

 

Voici quelques notions à prendre en compte pour éviter de voir son site blacklisté :

    • Les textes invisibles
    • Les fermes de liens
    • L’abus des balises Méta
    • La densité de mots-clés trop importante
    • Les liens Backlinks créés très rapidement et en nombre
    • Le copier-coller

Optimisation pour les médias sociaux (SMO)

Le référencement social (Search Media Optimisation) est différent sur référencement naturel (SEO), puisqu’il se base sur les réseaux sociaux comme source de trafic et de backlinks. Vous vous devez donc d’exister sur les réseaux sociaux qui représentent une source de visiteurs importante ; il est conseillé d’être au moins présent sur Facebook, Twitter et Google+.

 

Sachez que désormais, Google utilise les contenus de vos comptes sociaux pour affiner votre positionnement sur le web. Vous pouvez donc tout à fait utiliser les boutons et modules sociaux sur votre site pour faire les liens entre vos différents médias. Mais tâchez toutefois de ne pas tomber dans l’abus d’utilisation de widgets sociaux sur votre site car ils sont très gourmands en ressource et ralentissent donc l’affichage sur site.

 

Lire la quatrième partie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *